20 décembre 2017 Noël baroque - La fête en musique - Épisode 2

Noel Baroque 2-05.png

 

Noël, Noël… C’est Noël ! Chantons la naissance du Christ.

Oui, chantons, mais foin des « minuits chrétiens » et autres standards de Noëls ayant souvent perdus leur âme festive.

Retrouvons (un peu) la joie lumineuse de cette fête !

Nous vous invitons à vous replonger dans la musique des XVIIe et XVIIIe siècles. Le catalogue est immense, avec des différences bien marquées selon les pays, mais toujours avec ce souci de célébration enjouée et parfois même théâtrale.

Petit parcours en deux étapes, deux petits pas qui préparent à la célébration de Noël.

 

Deuxième étape : Joyeuse et foisonnante Italie

noel baroque.jpeg

Aux côtés des Allemands portés sur la méditation, les Italiens apparaissent plus joyeux, plus festifs, voire plus exubérants. Timbres, couleurs explosent. Même si parfois la douceur l’emporte comme dans le concerto RV 270 de Vivaldi Il riposo , per il santissimo Natale ou l’incontournable  concerto Fatto per la notte de Natale de Corelli que l’on retrouvera avec les Musiciens de Saint-Julien dans une version « revisitée » par François Lazarevitch qui a dévolu le concertino aux flûtes et basson en lieu et place des cordes.

 

 

per il santissimo natale.jpeg

Les compositeurs de la Péninsule sont vraiment inspirés. Preuve en est dans cet enregistrement de La Fenice dirigé par Jean Tubery tout à la joie de Noël – de l’Annonciation à l’Adoration des rois mages - aux instruments, à l’orgue ou dans des motets remarquablement interprétés par Maria Cristina Kiehr, Kathelijne et John Elwes (à découvrir en ligne dans l’attente d’une réédition, notamment le poème spirituel de Tarquinio Merula Hor ch’e tempo di dormire, doux et lumineux comme une « berceuse » malgré la vision douloureuse d’un avenir grave, ou le chant anonyme Pardon dall'oriente tre re per adorar sur l’air de « Une jeune fillette », air qui parcourt aussi le répertoire baroque des Noëls français.

 

 

caresana.jpgA Naples on célèbre Noël comme au théâtre. Cristofaro Caresana est l’auteur de nombreuses pastorales pleines de vie mêlant Evangiles et rappel des traditions païennes. Sa tarentelle « Per la nascita del Verbo » qui met en scène, anges, bergers et Pluton, dieu des enfers, emporte l’auditeur dans un vrai tourbillon.

 

 

Un enregistrement par la Capelle de Turchini dirigée par Anntonio Florio est paru en 1996 chez Opus 111, réédité en 2007 chez Naïve, rend à merveille la jubilation débordante de ce théâtre destiné à marquer les esprits. Un enregistrement qu’il faut malheureusement traquer pour jouir de son ton vivant et festif.

Un extrait ici avec Antonio Florio mais d’autres musiciens :

 

François CAMPER

À retrouver sur la boutique...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Ok !