André Minvielle – Le verbier, déclaration d’amour aux vers de terre

img_3624b

André Minvielle, l’espiègle joueur de mots, de sons, qui chante, qui scat. Un timbre, une voix, une langue, des langues, des cordes vocales bodybuildées qui font pâlir les amoureux de la prose, du vers…

Du ver qui s’efforce de rendre la terre meilleure et qui nous donne de l’air. Une ôde aux sols, à la diversité d’un lieu trop souvent oublié dans ce que l’on appelle la protection de l’environnement. Porte drapeau, le ver est là, et s’il n’y est plus, c’est qu’il y a « verticide en bas ».

Accompagné de Juliette, sa fille, sur Quai de Vertu, un thème composé par Marc Perrone son acolyte du GIROL (Groupe d’Intervention Orale Libre ), André Minvielle envoie dans un phrasé aérien une leçon d’assonance qui n’est pas sans rappeler le Goût d’Ail de Jacques Bertin.img_3618b

Ce titre présent dans le dernier album du joueur de mainvielle à roue, livre son 1time par des bouts de chants, d’expériences auditives acoustiques, électro-acoustiques, collaborant ici avec Bernard Lubat, Abdel Sefsaf, là avec Ti’bal Tribal, ou le trio cuivré de Journal Intime. On l’écoute, on le réécoute, Minvielle est un magicien qui traverse les frontières musicales tel un ver mi-grand qui s’échappe du marasme non des oréades, mais du fourre tout nauséeux qui inonde nos ondes.

LE VERBIER

Ver de belle vertu
Il Travaille
C’est l’hiver en terre
Un petit ver solitaire
Oui, la belle vertu
Histoire de nous faire de l’air sous la terre

Ver de belle vertu
Fait l’humus
Des traces de vie
Des petits vers solidaires
Ver de belle vertu
Histoire de nous fertiliser la terre

Un ver moulu
Deux vers mi-sots,
Trois Vertigos
Dix vers devins
Deux vers de lui, trois vers d’elle
Un ver luisant de nuit,
Un ver est very sentinelle…

Des vers mi-grands
Des vers mi-sel, des vers classiques
Des lombrics : l’épigé
L’endogé, l’anécique
Des vers à pied, libres de circuler comme l’air
Ver en veux-tu, ver en voilà, ver et tout vit, ver et tout va
Levez vos verres aux vers en vie virez l’envers
l’ivresse en bas…
Si vos vers sont versatiles
Au ver mi fugue c’est qu’la vie s’est fait virer
Car si les vers n’y sont pas
Il y a « verticide », en bas

Laissons là sa part au ver
Cultivez les verbiers
Et la terre saura faire
Quai des vertus salutaires
De nous des locataires

Terre en vers !

Auteur : André Minvielle

Avec l’aimable participation de vers de terre et cloportes du potager, rémunérés en compost frais concocté à base de marc de café!

Ressources complémentaires:

FIP : Minvielle sur fipradio.fr
Sciences & Avenir : Darwin & les vers de terre dans un ouvrage de 1881
Vinovelo : La terre en morceau – L’accaparement des terres made in France